Pourquoi négawatt ?

Que signifie négaWatt ?

Le terme a été développé par Amory Lovins, scientifique américain et directeur du Rocky Mountain Institutes (RMI), l’un des trois auteurs du livre ‘Facteur 4’ (publié en 1997 aux ed. Terre Vivante). Avec ce terme, il entendait donner un nom positif aux économies d’énergie, afin de pouvoir développer des concepts sur ce thème. Suite à une discussion entre Amory Lovins et plusieurs spécialistes français des questions énergétiques, l’association française négaWatt (nW) est créée en septembre 2001. L’idée de base est la suivante : nous vivons dans une ébriété énergétique, nous n’avons pas besoin de Mégawatts supplémentaires, nous devons apprendre à économiser l’énergie ou à produire des négaWatts en repensant nos besoins en énergie.

négaWatt France (nW-F)

Le but de l’Association nW-F est de proposer des solutions permettant, par des actions sur la consommation et la production d’énergie, de réduire les risques et impacts négatifs liés à notre système énergétique : dérèglement climatique, épuisement des ressources, risques technologiques comme le risque d’accident nucléaire, pollution de l’air, etc. À travers un scénario de transition énergétique, les experts de l’association ont montré comment la France pouvait totalement se passer d’énergie fossiles et nucléaire à l’horizon 2050.

Les chiffres et les exemples mentionnés dans ce scénario sont valables pour la France, néanmoins les principes de cette analyse sont valables pour tous les pays développés, dont la Suisse. De fait, ils sont d’un intérêt certain pour les discussions suisses actuelles liées à la sortie du nucléaire.

La démarche négaWatt

Elle repose sur trois piliers : la sobriété énergétique, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables (ER). Les deux premiers piliers consistent à agir sur la consommation d’énergie pour la réduire – tout en conservant un niveau élevé de services énergétiques, le troisième concerne la production d’ER pour couvrir les besoins restants. Selon le scénario négaWatt, la sobriété pourrait permettre de réduire de près de 35 % la consommation d’énergie finale et l’efficacité de 21 %. La France pourrait ainsi se défaire progressivement de sa dépendance aux énergies fossiles et nucléaire, et atteindre en 2050 une couverture de ses besoins par 100 % d’ER. Notre voisin pourrait dans le même temps réduire d’un facteur 7 ses rejets de gaz à effet de serre (tous gaz confondus).

Cette démarche négaWatt est une approche de bon sens qui pourrait être appliquée dans d’autres pays européens. En complément de l’efficacité énergétique, dont on parle beaucoup en Suisse et qui est un élément incontournable en matière de politique énergétique, la sobriété doit également jouer un rôle primordial.

Nous avons en Suisse peu de scénarios qui nous permettent d’expliquer à tous la nouvelle donne énergétique la plus souhaitable. La société des 2000 watts est plus une vision qu’un réel scenario. Les autres études, comme celle de l’Alliance Environnement (Umweltallianz) mentionne à peine la sobriété. La trilogie négaWatt qui mentionne 3 formes de sobriété et 4 formes d’efficacité (voir les pages sobriété et efficacité) permet de faire preuve de beaucoup de pédagogie.

Ici, la synthèse du scenario négaWatt 2017-2050 en français.